Catherine Pelletier, dite "Supernana" (1954-2007)

Publié le par Thierry Lefebvre

Décédée le 12 septembre 2007 des suites d’une crise cardiaque, Catherine Pelletier, dite "Supernana", fut sans doute l’animatrice la plus populaires des tout débuts des radios locales privées, à une époque (1981-1983) où les pratiques de la bande FM n’étaient pas encore codifiées. Rien pourtant ne prédisposait cette femme replète à devenir une vedette radiophonique. Ayant débuté très jeune comme employée de banque au Crédit Lyonnais, elle fut par la suite attachée de presse de la Maison de la Culture de Nanterre. En avril 1982, une visite impromptue dans les studios nanterriens de Carbone 14, la station provocatrice lancée six mois plus tôt par le publicitaire Gérard Fenu, bouleversa son existence. Elle s’improvisa animatrice, lança une émission intitulée "Poubelle Night" et adopta successivement les pseudonymes de "La Femme", "La Meuf", "Nana" puis "Supernana", en référence à une célèbre chanson de Michel Jonasz. Volontiers triviale, n’hésitant pas à rabrouer ses auditeurs au cours de libres antennes débridées, la jeune femme ne tarda pas à s’imposer comme une pièce maîtresse de la station, aux côtés de Jean-Yves Lambert (Jean-Yves Lafesse), Jean-François Gallotte (David Grossexe) et Michel Fiszbin (Robert Lehaineux). À l’origine de nombreux scandales plus ou moins "bidonnés", Carbone 14 ne fut pas sélectionnée par la commission Holleaux, pas plus que par la commission Gallabert. Et, en août 1983, la Haute Autorité de la Communication et de l’Audiovisuel l’exclut définitivement d’une bande FM parisienne réaménagée. Quelques jours plus tard, le matériel de la station était saisi dans des conditions homériques… Débuta dès lors, pour Catherine Pelletier, une véritable errance radiophonique : émissions sur Radio Ici et Maintenant dès novembre 1983, tentative de relance de Carbone 14 avec Rémi Bouton (ex-Radio Gulliver) en 1986, direction d’antenne de Radio Aligre en 1990… En 1992, Pierre Bellanger, patron de Skyrock, lui confia une émission hebdomadaire ("Ciel mon rock !"), puis une quotidienne ("Turlututu") qui ne tarda pas à s’attirer les foudres du CSA. Mise quelque peu à l’écart, Supernana fut finalement licenciée en 1996. Ces dernières années, on l’avait vue épisodiquement sur Fun TV et entendue sur quelques webradios. Atteinte d’un cancer, elle s’apprêtait pourtant à effectuer son retour sur Europe 1, dans le cadre d’une chronique régulière pour l’émission de Laurent Baffie. Outre une production discographique anecdotique ("Lâchez les chiens", 1988, avec des paroles de Patrick Timsit), Supernana fut la vedette du très étrange film de Jean-François Gallotte et Joëlle Malberg, "Carbone 14, le film", présenté dans la sélection « Un certain regard » du Festival de Cannes 1983. Elle fut également l’héroïne d’une bande dessinée de Jean Teulé, "Filles de nuit" (Glénat, 1985).

Publié dans radios-libres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

FRANCOIS 08/06/2009 23:45

SUPERNANA et ses delires sur CARNONE 14, que de souvenirs pour le gamin de 17 ans que j'étais à l'apoque. Elle a bercé bien de mes nuits avec POUBELLE NIGHT, son rire, sa gouaille, ses delires, aujourd'hui encore, me manque ...  Mais en fait, c'est plutot le fait se rendre compte que ca fait aujourd'hui presque 26 ans que CARBONE 14 n'existe plus. Nostalgie des années 80's quand tu nous tiens !!!! snif